You are here

Association News

Debrief Réunion le Mardi 3 Octobre - CCISM

Updated | MAJ: 2017/11

QUESTIONNAIRE PDF A REMPLIR CI-DESSUS - essentiel pour l'evalutation des besoins de la filière
A renvoyer par email contact@metimer.fr  ou à déposer à l'Agence Metimer de Marigot

 

COMMUNIQUE DE METIMER

L’Association Métimer a reçu Mr Guillaume Arnauld des Lions représentant de la FIN du 2 au 4 octobre 2017. En accompagnement de son président Bülent GULAY, ils ont visité quelques chantiers, shipchandlers et ont rencontré plusieurs professionnels du nautisme à Saint Martin afin de faire un point le plus précis possible de la situation après le passage des cyclones IRMA et MARIA.

Mr Philippe GUSTIN, délégué interministériel à la reconstruction de Saint Martin et Saint Barthélemy, nommé par le président de la République les a reçus dans ses bureaux et a écouté attentivement les problèmes soulevés par l’équipe Métimer. Il a demandé à la FIN et Métimer de lui transmettre dès que possible un état précis et chiffré de la situation qu’il transmettra aux 17 ministres avec lesquels il travaille.

Une réunion de concertation avec les professionnels de la mer a été organisée dans les locaux de CCISM le mardi 3 octobre et réuni plus de 80 personnes.
La FIN a précisé l’objectif de sa présence à Saint Martin qui se résume en trois points :

  •  Exprimer la solidarité et la mobilisation de l’ensemble de la Profession aux côtés des professionnels du nautisme à Saint Martin,
  •  Evaluer l’état de la flotte, la situation des entreprises et les actions prioritaires à mener
  •  Etudier les conditions de démarrage d’une filière antillaise de déconstruction des bateaux de plaisance

Plusieurs témoignages ont permis de faire un point sur la situation du nautisme et sur les problèmes de logistiques dont le manque de surfaces de terrain proche de l’eau qui empêchent les professionnels de travailler et d’avancer dans la reconstruction de l’économie nautique.

Actuellement l’estimation non confirmée serait de 800 bateaux endommagés, coulés, parfois plusieurs d'entre eux emmêlés dans des marinas. Ils ne sont pas facilement accessibles et leur expertise pose des problèmes aux experts dépêchés par les assurances qui estiment à trois mois la durée pour expertiser les navires et il n’est pas conseillé de bouger un bateau sans la permission de son propriétaire ou son assureur.

Environ 300 bateaux sont à déconstruire, à renflouer et à stocker en attendant leurs dépollutions mais les chantiers sont déjà totalement remplis de bateaux sortis avant les cyclones IRMA et MARIA.

Le président de la COM Daniel GIBBS et le directeur des établissements portuaires Albéric ELLIS qui ont reçu la délégation Métimer et FIN chercheront une solution pour mettre à disposition des professionnels un ou plusieurs endroits de stockage pour les épaves et des bateaux à réparer mais la COM doit aussi assurer la destruction de milliers de voitures brûlées, cassées à dépolluer tout comme les bateaux.

L'attente est insupportable pour les professionnels touchés à 90% plus ou moins graves, certains auront beaucoup de travail dans les mois à venir et devront s'en sortir malgré un travail énorme pour démarrer, certains n’ont plus de structure alors qu’ils ont des commandes.

D'autres devront attendre au moins 15 mois avant le démarrage de la prochaine saison touristique sans pouvoir réaliser le chiffre d'affaire nécessaire à leur survie. En attendant ils devront remplacer leurs outils et matériels, réparer les dommages subis aux bases et aux bateaux.

Pour ceux-là, la rapidité et l'efficacité des assureurs sont des facteurs très importants. Mais il est à craindre que les indemnisations ne soient pas toujours à la hauteur de coût réel de réparations et de remplacement des outils nécessaires pour le redémarrage. Il est aussi à craindre que certains ne puissent pas survivre et mettent la clé sous la porte quand il y en a encore une !

Les estimations sont très approximatives pour quantifier les pertes dues aux cyclones et donner un montant regroupant l'ensemble des professionnels du nautisme. Mais on peut l'imaginer à des dizaines de millions d'euros, sans compter les bateaux qui ne sont pas encore expertisés pour la plupart et ceux qui ne sont pas assurés.

La FIN et Métimer sont en train de préparer le dossier à remettre au Préfet Mr Philippe GUSTIN la semaine prochaine.

Il y aura aussi des projets de promotion communs pour la reconstruction du nautisme à Saint Martin et d’appel de fonds privés de solidarité de la profession organisés par la FINpour aider les entreprises sur des besoins précis.

Un projet de participation de Métimer au salon nautique de Paris est aussi à l’étude et soutenu par le président de la Collectivité Daniel GIBBS.
Le but ne sera pas de se présenter en victime mais montrer au monde du nautisme que nous sommes là, et nous créons LA NOUVELLE VAGUE qui reconstruira Saint Martin mieux qu’avant.

Métimer reste à l’écoute de tous les professionnels du nautisme et prête à vous assister, guider, informer dans votre vie professionnelle et de vous apporter des réponses à vos questions.

N’hésitez pas de contacter Alexina:

  • Tel : +590 690 889 909 ou +590 590 271 296
  • E-Mail : contact@metimer.fr
  • Facebook : @metimer
  • Ou passer nous voir au Passage Louisiane, Centr’hôtel à Marigot.

QUESTIONNAIRE PDF A REMPLIR CI-DESSOUS - essentiel pour l'evalutation des besoins de la filière
A renvoyer par email contact@metimer.fr  ou à déposer à l'Agence Metimer de Marigot

 

Réunion F.I.N. - 20171003